Rumilly revêt ses couleurs d’été

Rumilly revêt ses couleurs d’été

Rumilly se refait une beauté depuis la fin du mois de mai avec l’aménagement des jardinières, parterres et massifs de fleurs.

Le fleurissement de la ville fait partie de notre quotidien, nous passons tous les jours devant pour aller au travail, emmener les enfants à l’école, faire nos courses… et ne  soupçonnons pas vraiment toute l’attention portée à ces aménagements. Bilan des plantations passées, adaptations, réflexion sur les types de végétaux à privilégier en fonction des emplacements, commandes, chaque fleurissement se prépare 8 à 9 mois à l’avance. Plus de 24 000 plantes, produites dans les serres municipales, sont réparties dans l’ensemble des massifs lors des fleurissements du printemps et de l’été.

Chaque année, le service Espaces verts conçoit le fleurissement de la ville en fonction des tendances météos pour chercher à garantir le meilleur rendu et une bonne tenue de nos fleurs et plantes qui garnissent nos espaces publics. Un thème est également choisi et cette année fait la part belle aux géraniums, une plante robuste aux fleurs colorées qui égaient aussi bien balcons, jardinières et massifs.

Un jeu de couleurs et de matières ponctue différentes localisations de la ville. Le Quai des Arts verra l’été en bleu avec les douces tonalités du gris bleuté. C’est un ensemble de feuillages qui va prendre place au Pont-neuf. Et la nouvelle place Joseph Joffo est garnie d’un méli-mélo de plantes réalisé sans aucun achat, uniquement avec des végétaux en stock qui n’avaient pas trouvé leur place. L’emplacement de ce massif est particulièrement adapté à des créations particulières, et le parti pris du “on fait avec ce que l’on a” est particulièrement réussi, on vous invite à aller le voir.

Le choix des végétaux se fait également en fonction des besoins liés à la sécurité et à la circulation, pour ne pas cacher la visibilité d’une intersection par exemple.

Et si les jardiniers s’activent pour que la ville nous fasse les yeux doux, en coulisse, les chrysanthèmes viennent aussi d’être mises en culture pour cet automne…

Un fleurissement durable

Une attention particulière est portée sur une gestion écologique du fleurissement et à la durée de vie des végétaux. Le fleurissement communal est aujourd’hui composé de 35 % de plantes vivaces, ce qui n’existait pas dans les pratiques des collectivités il y a 20 ans. Le “on arrache on jette” a vécu aussi et les 14 agents veillent à récupérer à la fin de la saison toutes les plantes qu’ils pensent pouvoir réutiliser pour qu’elles soient multipliées et replantées l’année suivante. L’entrée du garage de l’hôtel de ville est par exemple composé de 10 % de plantes recyclées.

Les 13 hectares enherbés font également l’objet d’une tonte raisonnée de l’herbe, quitte parfois à susciter l’incompréhension des usagers : aux tennis récemment, l’herbe n’a pas été complètement coupée sur certaines zones pour favoriser le cycle complet de floraison et optimiser la biodiversité.