Blandine Dupuis revient de son tour de France à vélo des initiatives écologiques

Blandine Dupuis revient de son tour de France à vélo des initiatives écologiques

“Pédaler pour créer du lien avec la nature !”, c’est le choix de cette rumillienne partie à vélo le 16 juillet dernier à la rencontre de toutes les belles idées pour préserver notre planète. Une démarche inspirante !

Après avoir effectué l’année dernière un trajet jusqu’à Athènes avec un vélo à assistance électrique, c’est un vélo sans moteur (plus léger !) et entièrement assemblé avec des pièces de récupération qui a accompagné Blandine Dupuis dans son Tour de France. Après avoir parcouru 5 750 km à travers nos belles régions, c’est à Rumilly que son trajet a pris fin ce samedi 17 octobre. A son arrivée, ses amis l’attendaient de pied ferme, accompagnés de Manon Boukili, Adjointe au maire à l’environnement et au développement durable et de Fanny Dumaine, Ajointe au maire à la communication. Blandine sera reçue prochainement en mairie pour partager ses expériences et ses découvertes en matière d’écologie avec l’équipe municipale.

“Quand on voyage à vélo , on est plus sensible à ce qui se passe autour de nous.”

Ce n’est pas votre premier voyage, qu’est-ce-qui vous motive dans cette démarche ?

Blandine Dupuis – Pour mon voyage en Grèce, je voulais prendre du temps pour moi alors je me suis simplement dit que j’irai en Grèce à vélo, sans vraiment savoir ce que c’était. Le voyage a pris pour moi une tournure différente. Je me suis aperçue que voyager à vélo ce n’est pas d’aller d’un point A à un point B : c’est bien le trajet en lui-même qui est important. Quand on voyage à vélo, on est plus sensible à ce qui se passe autour de nous, à la nature… on voit les choses autrement.

Cette année, je devais faire le nord de l’Europe mais, avec l’arrivée du Covid, j’ai préféré, comme beaucoup, rester sur le territoire français. Et quitte à voyager, autant le faire pour une cause et essayer de délivrer, à ma hauteur, un message écologique !

Combien d’initiatives avez-vous découvert ? Quelle(s) rencontre(s) vous ont particulièrement marquée lors de votre tour de France ?

B.D. – J’ai découvert environ 17 initiatives écologiques. J’ai croisé sur ma route des personnes exceptionnelles, et beaucoup de solidarité. Le vélo facilite le contact. Chaque rencontre était complètement différente et marquante à sa manière.

Comme celle d’Alain, rencontré en Bretagne, qui m’a proposé de venir dormir chez lui sans que je ne demande rien. Ce soir là, il y a eu une énorme tempête et j’étais contente d’être à l’abri. J’ai finalement passé une journée avec lui et je l’ai revu quelques jours plus tard à Concarneau, chez son fils. Alain a été très protecteur, nous avons eu une vraie complicité. On se reverra c’est sûr !

Il y a aussi ce couple d’agriculteurs bio qui vient d’acheter un terrain pour produire des légumes. Leurs jeunes plantes ont été perdues avec le confinement et quand ils sont arrivés sur place, plus de la moitié de leur terre a brûlé suite à un départ de feu sur l’autoroute qui passe en dessous de chez eux. J’ai eu aussi un vrai feeling avec eux, comme si je les connaissais depuis très longtemps. Leur histoire aussi me touche car ils continuent de se battre, malgré le peu de moyens.

Quelles difficultés avez-vous rencontré sur votre trajet ?

B.D. – Je n’ai pas eu de grosses difficultés pendant mon voyage.

Je me suis retrouvée un soir sur une plage avec des hommes louches qui rôdaient. Je voulais mettre la tente à cet endroit mais finalement, je me suis rapprochée de deux chasseurs qui étaient là et m’ont aidé à retourner au camping le plus proche en pleine nuit.

Il y a aussi les intempéries, les vents violents, notamment le long des routes, où je me faisais frôler par les véhicules. Cela me rappelle à quel point je ne suis pas grand chose sur cette terre 😉

Y aura-t-il une suite à cette expérience, des projets à venir ?

B.D. – Je vais faire des montages vidéo de ce voyage qui seront diffusés dans une ou deux salles.

Au niveau des projets, j’ai quelques idées mais c’est assez flou pour le moment donc je ne préfère pas m’avancer. J’attends de voir comment le retour va se passer et la tournure que vont prendre les choses avec la situation sanitaire actuelle.

Une cagnotte Leetchi ouverte en faveur de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO)

En parallèle de son Tour de France, Blandine a ouvert une cagnotte en ligne. L’objectif est de contribuer à la sensibilisation à l’environnement, en soutenant les actions du pôle éducation à l’environnement de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) Auvergne-Rhône-Alpes.

A quoi servira la collecte ?

L’animation nature, ce n’est pas seulement apprendre à mieux connaître la biodiversité pour mieux la protéger, c’est aussi apprendre à mieux se connaître dans la nature pour s’y épanouir en harmonie avec elle.

L’objectif des 300€ vient d’être atteint, une demi-journée d’animation pourra être proposée à un groupe d’enfants n’ayant habituellement pas accès à ce type d’activité. Les fonds supplémentaires seront utilisés pour l’achat de matériel pédagogique et/ou pour approfondir, avec d’autres demi-journées, les connaissances apportées à ces enfants.

La cagnotte prendra fin le 30 octobre.

Je participe !