Schéma Directeur des Mobilités Actives – Donnez votre avis jusqu’au 10 juin

Schéma Directeur des Mobilités Actives – Donnez votre avis jusqu’au 10 juin

La ville de Rumilly s’est engagée dans l’élaboration d’un Schéma Directeur des Mobilités Actives, comprenant la marche et le vélo, en intégrant le développement de la nature en ville

Le Schéma Directeur des Mobilités Actives s’inscrit dans le cadre du Plan National Vélo (adopté par le Gouvernement en 2018), qui vise à multiplier par trois la part du vélo dans les déplacements quotidiens sur la période 2019 – 2024. L’objectif du Schéma Directeur des Mobilités Actives est de définir un plan d’actions afin de développer la pratique de la marche et du vélo pour des déplacements de tous les jours, tout en intégrant et en développant la présence de la “nature en ville” : création d’aménagements cyclables et cheminements piétons, en intégrant une végétalisation de l’espace public, qui assurera la continuité entre les aménagements, améliorera leur confort d’usage, permettra de lutter contre les « îlots de Chaleur » en été…

 

CONCERTATION CITOYENNE, EXPRIMEZ-VOUS JUSQU’AU 10 JUIN

Afin de connaitre vos pratiques et vos attentes en matière de déplacements à pied et à vélo,

ainsi que l’intégration de la nature en ville nous vous invitons à compléter le questionnaire suivant.

Il nécessite environ 5 minutes pour être complété.

Ce questionnaire est entièrement anonyme.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> JE PARTICIPE <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

Le bureau d’étude Ingetec traite les données recueillies dans le cadre du Plan vélo présenté ci-dessus.

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous au descriptif en fin de questionnaire.

Mobilités Actives ?

Les mobilités actives (ou modes actifs) désignent les modes de déplacement faisant appel à l’énergie musculaire, telle que la marche à pied et le vélo, mais aussi la trottinette, les rollers et les nouveaux modes de déplacements : gyropodes… 

Les modes actifs se révèlent être des moyens de déplacements efficaces pour de faibles distances dans un contexte urbain et périurbain dense. Les modes actifs viennent en complémentarité à des stratégies de déplacements intermodales de plus en plus identifiables (bus, car, train), efficaces et innovantes (covoiturage, vélo en libres service, …).

Ils répondent à des enjeux territoriaux forts :

  • d’apaisement et de partage raisonné de l’espace public,
  • d’alternative au tout-voiture,
  • de qualité de l’air et de réduction des émissions de gaz à effets de serre,
  • de réponse aux objectifs de développement durable
  • de bien-être des habitants.

 

Les modes actifs sont des leviers qui peuvent engendrer des externalités positives sur le territoire en termes d’amélioration du cadre de vie, d’abaissement des nuisances sonores ou encore en matière de santé publique. La marche à pied ou la pratique du vélo entrent dans le cadre des activités physiques du quotidien conseillées pour tous dans une démarche de sport-santé. Ces modes de déplacements permettent l’adoption d’une meilleure « hygiène » de vie et permettent la prévention de certaines maladies chroniques. Ils permettent également d’adopter un autre regard vis-à-vis du territoire et d’approfondir sa connaissance de la ville.

 

La marche et ses atouts

– la marche est autant écologique qu’économique,

– c’est le mode le plus accessible socialement,

– la marche participe aux enjeux de santé publique,

– elle participe à la vitalité économique du centre-ville (économie présentielle, mode propice à la flânerie et à l’acte de consommer),

– elle répond à un besoin d’apaisement, de bien-être,

– c’est un outil d’appropriation de la ville par les usagers.

La volonté de favoriser la pratique du vélo à Rumilly

L’une des volontés de la Ville de Rumilly est de rendre plus accessible l’usage du vélo au sein de son territoire. Pour que la part modale du vélo augmente, il est nécessaire d’assurer le confort et la sécurité des cyclistes. La définition d’une armature cyclable identifiable, sécurisée et facile d’accès est un des objectifs de ce schéma directeur. L’optimisation de l’usage du vélo ne peut se faire qu’au regard des autres modes de déplacements. L’augmentation de la qualité de la pratique des deux roues se fait en parallèle à un apaisement des conditions de circulations des véhicules motorisés. La longueur du réseau cyclable n’est pas un marqueur de réussite suffisant. C’est plus la qualité du réseau, sa complémentarité avec les autres modes de déplacement, la facilité d’identification des parcours cyclables et le déploiement de services d’accompagnement à la pratique (abris vélos, consignes, location) qui définissent la qualité de l’expérience utilisateur.

 

Des itinéraires qui visent à soutenir la future véloroute

Un axe structurant a été identifié traversant l’intercommunalité du nord au sud, depuis la traversée du Val de Fier (commune de Vallières-sur-Fier) jusqu’à la liaison vers Bloye. Cet axe structurant est complété par deux branches permettant une connexion interne au territoire (à l’Est vers Boussy via la passerelle sur le Chéran créée par la Communauté de Communes) et au Sud-Est vers Marigny-Saint-Marcel. Deux connexions sont également envisagées avec les territoires voisins, et notamment avec le territoire du Grand Annecy sur les communes de Saint-Félix et Alby-sur-Chéran (espace leaders) ou encore avec le territoire de Grand Lac sur la commune d’Entrelacs.

Cette véloroute traverse Rumilly et constitue une « colonne vertébrale » pour rejoindre Annecy, Aix-Les-Bains ou la Via Rhona. Cet itinéraire s’inscrit par ailleurs dans un projet plus global de véloroute dit « des 5 lacs » visant à relier plus largement les lac Léman, du Bourget, d’Annecy, d’Aiguebelette et de Paladru.

Le projet de véloroute en cours de réalisation constitue un levier pour cette traversée de la commune. L’objectif de l’élaboration d’un schéma directeur des mobilités actives est d’établir le maillage communal nécessaire autour de cette colonne vertébrale, de la relier aux différents secteurs, pôles attractifs, … De nombreux projets d’aménagement sont également en cours ou en voie de réflexion, le schéma devra notamment rattacher ces différents secteurs entre eux pour créer un véritable linéaire de balade lisible.

 

Favoriser les modes actifs en intégrant la nature en ville

En lien avec les différents projets d’ampleur que constitue le Programme nature en ville et l’Action « Cœur de ville », avec l’opération rues des Ecoles/Tours/Montpelaz, ce schéma directeur vise à constituer un maillage cohérent et structurant permettant d’atteindre des objectifs de dessertes spécifiques, tout en favorisant le bien-être des usagers au travers d’éléments végétaux (l’intégration d’une végétalisation devra être priorisée, les continuités seront assurées par ces éléments).